L’APEI SUD 92

VOUS SOUHAITE À TOUS

DE TRES BONNES VACANCES !!!

 
Résultat de recherche d'images pour "bonne vacances"
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les personnes handicapées mentales aux différents âges de leur vie

 

1. Les bébés et leur famille

L'APEI SUD 92 apporte son appui actif à toutes actions (d'information, de sensibilisation ou de formation concernant l'aide médico-sociale précoce) destinées aux familles et à tous les professionnels de la petite enfance (personnels médicaux, paramédicaux, éducatifs, de crèches, etc.).

Elle considère que la prise en charge des bébés doit être la plus précoce possible, sur les plans éducatif, ré-éducatif, médical, intégration, soutien parental…

L'APEI SUD 92 met l'accent en particulier sur l'accompagnement du couple parental, lors du diagnostic du handicap ou de sa découverte à la naissance. Des rencontres avec des parents ayant vécu le même événement permettent de rompre l'isolement des familles, d'aider à l'acceptation du handicap, de leur faire découvrir la richesse du soutien associatif et de les y intégrer progressivement.

 

2. Les enfants et les adolescents

L'APEI SUD 92 affirme sa volonté de développer les apprentissages pour tous les jeunes, en fonction de leurs capacités et de leur Projet Individuel, tant en Institut Médico-Educatif (IME) qu'en Institut Médico Professionnel (IMPro).

Ces apprentissages doivent permettre à chacun d'accéder à la stimulation permanente sur tous les plans, au plus haut de leurs potentialités, et ce, le plus précocement possible. On veillera en permanence à faire progresser chacun, à stimuler ses acquisitions.

Cette mission de développement global du jeune inclut les domaines : intellectuel, cognitif, sensoriel, scolaire, moteur, langagier, pré-professionnel (apprentissages…), thérapeutique (soins et rééducations destinés à faciliter la formation et l'apprentissage), social (ouverture vers l'extérieur par la pratique de toutes activités éducatives, sociales, sportives, artistiques, de communication, d'information sur l'affectivité et la sexualité…)

Cette volonté de développement de l'enfant et de l'adolescent devra privilégier :

  • La possibilité pour chaque jeune d'effectuer ses propres choix, tout en cheminant dans la connaissance et l'acceptation de son propre handicap ;
  • L'individualisation des modalités de mise en œuvre ;
  • L'ouverture vers l'extérieur, et l'intégration en milieu ordinaire chaque fois que possible.

La famille est associée à l'accompagnement de son enfant, et devient ainsi, partenaire éducatif et, chaque fois que possible, associée à l'élaboration du Projet Individuel. Les professionnels offrent leur appui aux parents pour assurer la cohérence établissement-domicile tendant ainsi à une véritable alliance éducative.

 

3. Les adultes

Chaque adulte a droit au type de prise en charge ou d'accompagnement qui correspond le mieux à ses potentialités, ses besoins et ses aspirations.

L'APEI SUD 92 offre ainsi un choix de possibilités d'accueil répondant au degré d'autonomie de chacun. Les orientations se feront en fonction des besoins et capacités de la personne et non par défaut, et chaque formule d'accueil bénéficiera de la même attention tant dans l'exigence de qualité de l'accompagnement que dans l'obtention des moyens nécessaires.

L'APEI SUD 92 veillera à ce que chaque adulte soit doté d'un Projet Individuel régulièrement réexaminé et qui devra prendre en compte l'expression directe de la personne et sa capacité à effectuer des choix. Tout en respectant la liberté des adultes et leur désir d'autonomie, la place de la famille sera préservée auprès de chaque personne porteuse de handicap mental.

L'inébranlable conviction que toute personne est capable de progrès amènera tous les intervenants à mettre en place des passerelles permettant le passage d'une formule d'accueil à une autre, et à proposer à chacun les conditions de vie les plus proches possible du milieu ordinaire, tant dans le domaine de l'hébergement, du travail, de la vie affective que des activités facilitant sa présence dans la société.

 

L'hébergement

L'APEI SUD 92 respecte les choix de chacun en la matière : en famille, en vie autonome ou en institution. Quand un hébergement est proposé dans une des structures de l'Association, celui-ci doit répondre à des conceptions d'habitat facilitant l'épanouissement personnel, l'autonomie, l'intimité et, pour certains, la vie de couple. L'habitat autonome ou en famille devra être doté d'un accompagnement chaque fois que le Projet Individuel le prévoira. L'APEI SUD 92 s'efforcera de faire accepter tant aux adultes qu'à leur famille ou aux pouvoirs publics concernés, l'exigence de préparer la personne au passage en douceur d'un habitat en famille à un hébergement en collectivité pour lequel l'adaptation est rendue difficile par l'avancée en âge.

 

Le travail

Conformément aux dispositions réglementaires, l'APEI SUD 92 voit dans le travail, véritable instrument d'intégration sociale, la possibilité d'acquérir pour chacun un statut social valorisant, de nouer des relations avec ses pairs, et de contribuer à une production utile. Le travail ne devra pas être réservé aux personnes les plus productives, et le plus grand nombre de personnes devra pouvoir accéder au statut de travailleur, que ce soit en Centre d'Aide par le Travail, en Atelier Protégé, en stage en entreprise ou en milieu ordinaire. Le travail représente non seulement un moyen d'intégration mais aussi d'insertion sociale et professionnelle. Il s'agit d'offrir à chacun des possibilités de travail adaptées à ses désirs et capacités. Les activités de soutien d'ordre éducatif ou social prévues dans les textes seront dispensées, pendant le temps de travail, pour garder au CAT sa dimension éducative d'aide par le travail qui est sa vocation première. La formation professionnelle sera organisée pour faciliter les changements de postes ou éventuellement le passage à un travail en milieu ordinaire, avec possibilité de réintégration dans le secteur du travail protégé. Des modalités de prise en charge à temps partiel devront être proposées.

 

Les activités de jour

Le jeune adulte sortant d'IME ou d'IMPro, et pas encore prêt à s'investir dans un emploi, en milieu protégé ou non, ou la personne ne trouvant plus dans le travail en CAT le moyen de se réaliser, doivent pouvoir trouver des lieux d'accueil et de soutien propres à favoriser leur épanouissement. Ces établissements, qu'ils soient de type CITL (Centre d'Initiation au Travail et aux Loisirs), ou Foyer de Vie (Activités de jour et internat) doivent s'attacher à poursuivre ou maintenir chez les adultes le développement  :

  • De la capacité d'expression ;
  • De l'autonomie personnelle ;
  • Des apprentissages de base ;
  • De la communication et de la socialisation ;
  • Des apprentissages de gestes techniques.

Ils viseront le plus possible l'insertion de la personne dans l'environnement social (travail, loisirs, vie quotidienne) du quartier ou de la ville. En s'appuyant toujours sur le Projet Individualisé, toute formule permettant à la personne de s'épanouir dans une dynamique de progrès sera recherchée. Il peut s'agir de rencontres, de stages, d'activités communes avec d'autres établissements de tout type.

 

Les accueils permanents

La personne atteinte d'un handicap mental grave, ou dont l'état s'est dégradé, doit pouvoir trouver dans un lieu qui lui convienne la qualité de vie que bien souvent la famille ou l'établissement spécialisé où elle se trouvait ne peuvent plus lui offrir. Il peut s'agir de M.A.S (Maison d'Accueil Spécialisé) ou de Foyer Médicalisé. Dans tous les cas, la disponibilité et la technicité des équipes d'encadrement devront créer des conditions de vie équilibrées, assurant à la fois sa protection (sécurité physique, psychique et sociale) et sa stimulation. L'expression de la personne et son épanouissement maximal sera recherché, toujours dans un souci de socialisation tant en interne qu'à l'extérieur. La qualité de l'accueil, du soutien et du soin sera telle que ce lieu de vie sera bien considéré comme tel et non comme lieu d'hospitalisation. 

 

La vie affective

L'APEI SUD 92 reconnaît que la vie affective est une composante essentielle de l'épanouissement de la personne porteuse d'un handicap mental. Chacun possède le droit d'être informé sur les divers aspects de l'affectivité et de la sexualité, de même que le droit et les moyens de vivre en sécurité sa vie affective et sexuelle : contraception, intimité... L'Association veille au respect des dispositions légales en matière de bioéthique (contraception, stérilisation…). Elle organise l'accompagnement de la vie des couples et des enfants qui pourraient naître, de même qu'elle se préoccupe de l'accompagnement des familles dans l'acceptation de la vie affective de leur proche handicapé.

 

La vie sociale

Les personnes accompagnées par l'APEI SUD 92 doivent pouvoir participer à des activités favorisant l'épanouissement personnel, la socialisation et la stimulation. A l'intérieur de l'Association, un Club Sports Loisirs Culture, piloté par une professionnelle, aidée dans l'encadrement par des bénévoles, propose tant au sein de structures extérieures (associations culturelles, sportives, religieuses, etc...) que dans les locaux associatifs ou municipaux, des activités de loisirs en dehors des heures de prise en charge dans les établissements spécialisés. La diversité des activités proposées permet à chacun, de s'exprimer et de s'ouvrir à une vie sociale et culturelle plus riche. Des activités de même type peuvent aussi être proposées pendant les congés, permettant ainsi à ceux qui ne partent pas en vacances, d'occuper leurs loisirs.

 

4. Les personnes handicapées vieillissantes

Le handicap qui a marqué la personne pendant toute sa vie ne disparaît pas avec l'âge. Il a naturellement tendance à s'aggraver. La personne handicapée vieillissante a droit à ce que les aides qu'elle a reçues jusque là lui soient maintenues en plus de celles liées à son vieillissement normal ou anticipé. Son accueil éventuel en maison de retraite ordinaire, même médicalisée ne saurait faire oublier la permanence du handicap et des compensations qu'il nécessite.

Dès que les personnes handicapées présentent des signes évidents d'une pathologie du vieillissement, même prématuré, l'Association, assistée des moyens humains et techniques dont elle dispose, s'attachera à mettre en œuvre les meilleures conditions d'accueil et de vie ou à rechercher les solutions adaptées à leur état physique, psychique et à leurs projets pour garantir la continuité de leur prise en charge.

Par rapport aux moyens et aux méthodes éducatives épanouissantes et stimulantes dont elles auront bénéficié dans le passé, les prises en charge et l'accompagnement, qui devront s'instaurer en faveur de ces personnes, s'attacheront à mettre en oeuvre les meilleures conditions de calme, de repos et de sérénité. Ils devront se conformer aux aspirations de la personne quand elles peuvent s'exprimer, dans le respect de la dignité et dans une ambiance d'affectueuses attentions.

En cas de disparition des parents, ou d'une personne proche, l'Association apportera, si nécessaire, la meilleure assistance possible pour aider moralement ou matériellement la personne handicapée.

 

La suite du projet >> "La conclusion"